Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte

Texte

Exposition vitrine , ville de Guise, mai 2011

texte de Solange Sarrat-Langer à l'occasion de l'exposition vitrine de Guise mai 2011

texte de Solange Sarrat-Langer à l'occasion de l'exposition vitrine de Guise mai 2011

Texte
Texte

L’atelier reine Brunehaut à Bavay : bien plus une maison-atelier qu’un lieu d’édition d’art

De la ville de Bavay partent plusieurs voies anciennes appelées Chaussées Brunehaut en souvenir de cette fameuse reine de l’époque mérovingienne. C’est sur une de ces voies historiques menant à Bavay, en bordure de la forêt de Mormal, que se trouve l’Atelier reine Brunehaut. Au cœur de la maison de Kti Vandamme et Jean-Claude Demeure, se trouve l’atelier où sont tirés leurs livres d’artistes. Les murs de briques sont couverts jusqu’au plafond, de livres, peintures et gravures. Les objets africains, les tissus et les estampes japonaises envahissent certains secteurs de la maison, nous plongeant dans un univers particulier faits de rêves, d’atmosphères variées… une véritable maison-atelier, un lieu propice à la création !

Issus de l’école des Beaux-arts de Tourcoing, ils ont eu la chance d’être initiés à la typographie et à l’histoire du livre, à l’amour des papiers et de l’encre … Le livre était déjà là, en gestation dans leur esprit… Rien n’est arrivé par hasard.

Au début des années 90, Kti consacre du temps à des livres-objets, sortes de petits livres enluminés, couverts d’écritures, de collages, de dessins, de gravures. En 96, Jean-Claude fait une série de bois gravés, les Larmes du ciel. Kti, au même moment fait une série de bois peints à tempera, Les Baigneuses qu’elle se met à graver. Dans un souci de conservation et de mise en valeur de ces oeuvres, Jean-Claude commence à mettre en « boîte » leur travail. Ensemble, ils choisissent des poèmes du Chevalier de Brantôme et leur travail devient un véritable livre.

En juin 99, Jean-Claude est invité à rejoindre le musée Matisse au Cateau-Cambrésis. Une importante donation des livres d’artistes de l’éditeur Teriade se prépare. Elle est effective en 2000 et Jean-Claude doit mettre en valeur cette collection auprès du grand public. Il est alors confronté directement à l’œuvre de Matisse dont l’arabesque et le découpage lui sont familiers mais aussi aux livres de Léger, Picasso, Chagall, Miró, Laurens…

2003 est une année décisive. On propose à Kti de donner un équivalent plastique au Con d’Irène d’Aragon. Un livre va naître de cette réflexion où texte et gravures alternent pour notre plus grand plaisir. Dès ce moment, le livre d’artiste devient une évidence, une activité à part entière, prenant de plus en plus de place dans leur vie, et restant toujours en relation étroite avec leur pratique directe de peintres et dessinateurs.

Le Con d’Irène étant un livre très masculin, créant texte et gravures Kti commence à concevoir un nouveau livre, le rosier, écho féminin au texte d’Aragon. D’autres livres ont suivi depuis…

Kti depuis toujours est attirée par l’écriture, le plaisir des mots. La femme, son corps, une certaine sensualité et la poésie sont au cœur de ses recherches. Jean-Claude a, quant à lui, une pratique plutôt abstraite même si son travail s’apparente au décoratif et évoque parfois l’art des jardins, des tissus, il s’interroge sur le médium peinture.

Si tous deux ont une approche différente du livre, ils créent le livre en parfaite osmose, font des choix mesurés et précis où le hasard n’a aucune place. Tout est pesé, millimétré. A travers leurs livres, ils se répondent, mêlant des clins d’œil très personnels aux références historiques et littéraires.

Ils impriment leurs livres à peu d’exemplaires, en général, quatre, six, voir dix au maximum ; privilégiant des moyens « pauvres », gravant sur bois, carton ou lino, se servant de la typographie et de l’impression numérique. Les moyens d’impressions sont simples mais les choix sont précis pour amener le livre vers la perfection.

« Le livre est un espace convivial autour duquel on se rencontre ». Jean-Claude parle du livre comme « d’une rencontre amoureuse » où il est question de papier, d’encre et d’odeurs… Chaque livre est une histoire d’amitié, le fruit d’une collaboration entre Jean-Claude, véritable cheville ouvrière de l’atelier et leurs amis ou élèves. On s’invite pour un weekend, quelques jours pour travailler et partager… et c’est la naissance de nouveaux projets !

Etre invité à regarder leurs livres, c’est rentrer dans leur intimité, c’est garder l’impression de vivre un moment hors du temps et de partager des instants privilégiés. « Saisir la couleur des mots à chaque hirondelle » comme dirait Kti.

Gaëlle Cordier